fbpx
+84 243 247 4137 info@vac-tours.com

Technique de la teinture à l’indigo chez les H’Mong

 Ce que l’on aime le plus en voyageant, c’est cette chance de découvrir des choses que l’on n’a jamais vues. C’est pourquoi, lors de votre voyage au Nord-Vietnam, vous ne pouvez certainement pas rater la région montagneuse, une destination au patrimoine culturel d’une richesse considérable, visible à travers la mosaïque ethnique qui y séjourne.

1. Origines des H’Mongs et origine de l’indigo

La population des H’Mong au Vietnam est d’environ un million d’habitants. Ils vivent concentrés dans le Haut-Tonkin. Les ancêtres de l’ethnie H’Mong au Vietnam sont censés venir de la Chine et ont émigré au Vietnam entre la fin du XVIIIe et le début XIXe siècle. Dans l’histoire des dynasties chinoises, dans le cadre de disputes territoriales, les autorités féodales chinoise ont réprimé les minorités, les poussant à quitter le pays. C’est pourquoi les H’mong furent obligés d’émigrer dans des plusieurs pays. Le Vietnam est l’un de ces pays que les H’mong ont choisi pour s’installer et fondre plusieurs hameaux dans les régions d’altitude élevée des provinces de Lao Cai et du Ha Giang.

L’indigo est une couleur qui existe depuis 6000 ans et apparaîtrait pour la première fois au Pérou. L’indigo véritable fut importé en Europe depuis l’Inde durant l’antiquité gréco-romaine. L’indigo est aussi la couleur représentative des costumes des H’Mongs. Presque tous les colorants indigo de nos jours sont synthétiques.

La teinture d’indigo est extraite de plusieurs plantes, mais on utilise à plus forte raison l’indigotier. La culture de l’indigotier s’est répandue dans les régions tropicales et tempérées de l’Asie, de l’Amérique et de l’Afrique. L’indigotier est un arbuste des régions chaudes de la famille des Fabacées dont les feuilles sont utilisées pour préparer la teinture d’indigo. Au Vietnam, les indigotiers des H’Mong sont cultivés et récoltés partout dans leurs champs et leurs jardins.

 

2. Le processus de teindre des vêtements à l’indigo

2.1. La dissolution de l’indigo

Le processus de la teinture à l’indigo a été économiquement important, car le colorant bleu était rare.

Une fois récoltées, les feuilles de la plante sont mises dans l’eau dans une grande boîte pendant 5 jours. Jusqu’à ce qu’elles soient pourris, les H’Mong ajoutent de la poudre de chaux, puis mélangent la mixture. Ils la laissent de nouveau patienter 3 jours. Lorsque la dissolution a eu lieu et que le dépôt est au fond du liquide, elles vont utiliser un tissu épais pour filtrer le mélange. Pour un mélange d’indigo, les H’Mongs le conservent un an pour teindre les habits.

Une question se pose alors : pourquoi ajouter de la chaux dans le mélange d’eau et d’indigo ? L’indigo ne parvient pas à se dissoudre naturellement et ne peut donc permettre de teindre les tissus. Il faut donc le dissoudre avec l’aide de la chaux.

                                                                     Une couleur bleu-foncé spécifique de la nature 

2.2. La teinture des vêtements avec l’indigo

Pour la teinture, les H’Mong ajoutent quelques gouttes d’alcool dans le mélange pour renforcer la couleur. Ensuite, elles touillent jusqu’à ce que le liquide produise de l’écume. Le mélange est alors prêt pour la teinture, mais il nécessite une attention constante si l’on veut obtenir telle ou telle couleur.

Le processus de teindre les vêtements des H’Mong avec l’indigo est un travail exigeant qui demande beaucoup de patience. Il dure souvent de 3 à 4 jours, cela dépend de l’intensité de la couleur désirée. Néanmoins, par temps pluvieux, il faut environ 2 mois pour achever le processus.

Le tissu est teint à plusieurs reprises sur plusieurs jours. On trempe le tissu dans le mélange de teinture et on le retire au bout d’une heure pour l’égouttage, puis on le retrempe. Ce processus est répété 5 à 6 fois avant que le tissu ne soit séché. Quand le tissu est complètement séché, il est immergé encore une fois dans le mélange 8 à 10 fois. C’est la couleur bleu foncé d’indigo. Si les H’Mongs veulent une couleur beaucoup plus sombre – et même noire, ils ajoutent du charbon dans le mélange et répètent ce processus 12 fois. Ensuite, pour fixer la couleur, il est nécessaire d’enlever la chaux des vêtements. Après avoir teint les tissus, l’indigo doit retourner la forme naturelle ou bien la forme ne dissout pas dans l’eau pour que la couleur puisse rester longtemps.  Finalement, le tissu est suspendu pour sécher et pourra ensuite être brodé.

Les femmes H’Mong font tout à la main. C’est pourquoi leurs mains sont toujours bleu indigo.

Pour les H’Mongs, il y a un tabou qu’il faut respecter : les femmes enceintes et les malades ne peuvent pas pratiquer la teinturerie.

Grâce à cette technique de teinture, la couleur indigo de l’ethnie H’Mong au Vietnam est très brillante, permanente, et apporte toujours une sensation de fraîcheur.

                                                         Des femmes de H’Mong noir patientes dans leur travail 

La vie moderne a de plus en plus pénétré dans les villages de montagne, confrontant des savoirs traditionnels à des pratiques urbaines récentes. Les ethnies minoritaires au Vietnam maintiennent toutefois encore leurs traditions.

Si vous désirez découvrir les us et les coutumes des ethnies minoritaires du Vietnam, n’hésitez pas à contacter avec VACTOURS.

 

Leave a Reply

Pourquoi partir avec nous?

  • Bon rapport/qualité
  • Attentifs et flexibles
  • Voyages sur Mesure
  • Asisstance 24h/24

Des questions ?

N’hésitez pas à nous écrire ! Notre conseillère vous répondra sous 48h.

info@vac-tours.com