Circulation, permis de conduire et road-trip au Vietnam

 

 

La circulation au Vietnam

 

 

Au Vietnam, on roule à droite, comme en France. Toutefois, il n’est pas exclu que vous voyiez des gens rouler à contre-sens ou bien jouer avec la ligne pour dépasser.

 

Il faut savoir que le véhicule privilégié au Vietnam est le deux-roues (scooter, moto, vélo), pour des raisons de prix et d’espace. La population du Vietnam représente 95 millions d’individus, et jusqu’au 8 mars 2019, l’industrie automobile nationale ne produisait que des motos. La première voiture « made in Vietnam » a été testée il y a trois jours et devrait permettre à une classe moyenne supérieure d’acheter des véhicules 4 roues à des prix abordables.

De manière générale, les réseaux de transport en commun se développent mais ne répondent pas forcément aux exigences des consommateurs.

Une moto d’occasion n’est pas très chère, est très maniable et permet facilement de se déplacer (au bureau, aux champs, à l’usine, à la campagne ou à la ville).

 

Voici en ville, de manière générale, le type de véhicules que vous aurez en fonction du type de conducteurs :

  • Vélos : enfants, collégiens, personnes âgées et personnes démunies ;
  • Motos et vélos électriques : collégiens, lycéens, et plus rarement personnes âgées ;
  • Motos : adultes de tous âges et des deux sexes ;
  • Scooters : adultes de tous âges et des deux sexes, mais avec dominante féminine ;
  • Voitures : classe moyenne supérieure et + (une voiture, importée, coûte très cher).

 

Attention : la conduite, si elle se base sur le code de la route, prend parfois ses libertés avec lui.

 

Pour ce qui est des conducteurs à deux roues :

1- les conducteurs se déplacent généralement au milieu de la voie qui les concerne, pour ne pas gêner les déplacements par la gauche et les véhicules qui tournent sur la droite ;

2- le feu rouge  n’est pas respecté systématiquement, faites donc bien attention lorsque vous traversez un carrefour : regardez bien, ralentissez ou au contraire donnez un coup d’accélérateur, et n’hésitez pas à klaxonner ;

3- le feu vert commence et termine avant son allumage effectif : les conducteurs démarrent 3-4 secondes avant (les feux sont souvent munis de compteurs) et peuvent franchir la route 3-4 secondes après son extinction.

4- les conducteurs regardent rarement leurs rétroviseurs, ils se déplacent en fonction de ce qui se trouve devant eux : si vous souhaitez signaler votre présence, klaxonnez ;

5- le plus gros a toujours raison : attention aux bus, aux camions et aux 4x4 qui se comportent comme s’ils étaient tout seuls sur la route.

 

Pour ce qui est des conducteurs de voiture :

Ils sont les plus dangereux : le bus et le camion sont sans pitié mais au moins, vous le savez et leur allure ne varie pas. Ils roulent vite et brutalement, sans égards pour les autres. Les voitures, elles, se démènent généralement : elles hésitent, tergiversent, vont à gauche, vont à droite, freinent brusquement, parce que les conducteurs s'en servent comme d'une moto. Cela les rend dangereux : ne collez jamais une voiture.

 

Lorsque vous êtes piéton, vous pensez qu’il est impossible de traverser la chaussée à moins d’attendre que la circulation se libère. N’attendez pas : traversez tranquillement mais sûrement, sans reculer, en balayant éventuellement de la main pour signaler aux conducteurs de faire bien attention. Ils ne vous écraseront pas.

N’ayez pas d’hésitation au demeurant, sinon ils ne sauront pas ce que vous voulez. Les Vietnamiens ralentissent mais n’aiment pas s’arrêter.

 

Il faut imaginer la circulation du Vietnam comme celle d’une ruche : il y a une logique intrinsèque à ce « chaos » apparent, qui échappe de prime abord au voyageur. Le tout est de s’y adapter.

 

 

Permis de conduire au Vietnam

 

 

D’après le site de l’ambassade de France au Vietnam, il existe deux possibilités légales si vous souhaitez conduire au Vietnam :

1- Faire une demande de permis international (en sous-préfecture et préfecture en amont de votre voyage) ;

2- Échanger votre permis français pour un permis vietnamien si vous êtes résident sur place : les documents nécessaires seront le formulaire d’échange, deux photos ainsi qu’une traduction assermentée de votre permis de conduire, des photocopies de votre passeport et de votre visa, et les originaux.

 

16 rue Cao Ba Quat, quartier Ba Dinh, Hanoi
Tél. : 024 – 38 43 53 25 
sogtvt@hanoi.gov.vn
http://sogtvt.hanoi.gov.vn

 

******

 

Comme dans n’importe quel pays, il est interdit de conduire au Vietnam sans permis. Toutefois, il est d’usage ici de voir de nombreux voyageurs étrangers faire fi de la loi. La police est relativement tolérante et, pourvu que vous ne mettiez pas les autres et vous-même en situation de danger, il n’y aura pas de problème.

 

En cas d’accident, vous ne serez probablement pas couverts par votre assurance si vous ne respectez pas la loi du pays dans lequel vous vous trouvez. Si vous choisissez de conduire au Vietnam sans permis, faites très attention :

1- achetez-vous un vrai casque de moto : le casque est obligatoire mais celui que vous verrez sur la tête des Vietnamiens se limite le plus souvent à un genre de casquette rigide ;

2- prenez garde aux conducteurs, munissez-vous de vrais rétroviseurs, ne roulez pas plus vite que nécessaire ;

3- utilisez le klaxon sans modération ;

4- soyez prudents sur la route : entre les trous, les nids de poule et les plaques d’égout, les occasions de glisser sont nombreuses.

L’idée est de réunir toutes les conditions qui vous permettent de voyager en sécurité.

Avoir un bon véhicule, de bonnes protections, et conduire prudemment.

 

 

Type de casque "casquette rigide" : respecte la loi mais ne protège pas en cas de chute.

 

 

Voyager à moto au Vietnam : le road-trip

 

 

Voyager à moto au Vietnam est une expérience particulièrement enrichissante. Vous partez à la rencontre des habitants, vous vivez au jour le jour et découvrez sur votre route des paysages incroyables. C’est une aventure qui garantit un lien privilégié avec les locaux et promet de bonnes occasions culinaires.

 

Il faut savoir que les routes peuvent s’avérer par endroits en piètre état, voire inexistantes. C’est surtout en montagne, dans des zones peu fréquentées, que vous pourrez voir ça.

Le Vietnam est un pays qui est globalement bien quadrillé, avec son réseau d’autoroutes et de routes nationales.

 

La règle d’or : être prudent. Faire très attention aux camions et aux bus, aux nids de poule, aux enfants et aux vaches que vous pourrez rencontrer sur votre route.

Si vous n’êtes pas un conducteur aguerri, redoublez de prudence.

 

Choisissez une moto facilement réparable en cas de panne : privilégiez des modèles fréquents d’assez bonne qualité (Honda Win).

 

Les hôtels (khách sạn) et maisons d’hôtes (nhà nghỉ) sont assez fréquents sur la route, à prix abordable (environ 10 euros/nuit/personne), parfois en pleine « campagne ». Il y aura toujours un établissement pour vous accueillir. Le repas est souvent inclus.

Vos hôtes vous proposeront souvent de boire l’alcool de riz produit dans la région.

 

 

L'attitude à adopter face aux agents de circulation

 

 

Il arrive que des agents de circulation (uniforme beige, casque beige) vous demandent de vous arrêter. Obtempérez immédiatement : vous ne voulez pas qu'un simple contrôle des papiers ou une amende pour infraction légère se transforme en quelque chose d'incontrôlable. Ayez l'air poli, mais optez pour la stratégie du gentil imbécile : ayez l'air de ne rien comprendre, ne parlez ni anglais ni vietnamien (sauf peut-être "khong hieu" qui signifie, "ne pas comprendre"). Ne soyez surtout pas arrogant, agacé et encore moins violent.

Il se peut que la police cherche simplement à vous soutirer de l'argent (pot-de-vin) pour 1) non-port de casque (vous êtes en tort) ; 2) excès de vitesse avéré ou non. L'amende ne sera pas très lourde : si vous ne voulez pas payer, essayez la stratégie du dessus ou bien niez poliment, sans invective. Eventuellement, ayez sur vous les coordonnées de votre ambassade : cela peut toujours servir à dissuader les auteurs d'un acte illégal. De toutes les façons, ne donnez pas de raisons aux autorités de vous poursuivre : ils n'aiment généralement pas traiter avec les étrangers parce qu'ils n'en parlent pas la langue et ont peur d'éventuelles répercussions. 

 

 

 

Conclusion :

 

Avec VACTOURS, nous ne pouvons recommander pleinement l’expérience du voyage à moto au Vietnam qu’à des voyageurs munis d’un permis de conduire valable dans le pays. Pour les autres qui s’engageraient sur un séjour de ce type, nous les incitons à la plus grande prudence : rappelons que de janvier à septembre 2018, les 13 242 accidents de la route recensés ont fait 6012 morts (soit 45% du total).

 

 

 

Article rédigé par Benoît BISSON

******************************************************

POUR DECOUVRIR LA PROMO' DU MOMENT:

CLIQUEZ ICI

********************************************

Không có bình luận nào.

Commentaire

Captcha

Les plus récents commentaires

Bravo pour cet interview très riche en enseignements

chantal Pierloot

on avril 16, 2019

Articles très intéressants et complets pour faire connaître ces régions encore authentiques. Celui ci me...

Marc Duverger

on mars 21, 2019

Bonjour, je dois avouer que je peinais à trouver des informations utiles et surtout réunies sur la façon d'avoir un...

Francine

on février 11, 2019

Merci pour ces bonnes infos. Très intéressant !

Loulou-du-14

on janvier 25, 2019

Super article ! Continuez comme ça !